« Cette affiche prend le contre-pieds de « L’origine du monde » de Gustave Courbet, où la femme est offerte au regard de l’homme, réduite à son rôle de mère. On imagine qu’en 2036 les codes esthétiques traditionnels des affiches sociales ont complètement évolué, surtout dans une société où la pornographie est omniprésente, où tout est montré de manière crue. L’affiche aborde le thème de la fluidité du genre, qui sera sûrement d’actualité d’ici 20 ans (il l’est même déjà de nos jours), du moins dans nos sociétés occidentales. Je pense qu’on aura relativement surmonté les inégalités hommes/femmes auxquelles nous faisons face aujourd’hui (on ne vivra bien sûr pas pour autant dans un paradis égalitaire). Le combat féministe touchera d’avantage à l’identité et luttera contre une conception binaire du genre. Il s’agira de penser le genre au delà de l’homme et de la femme. »

Voir l’oeuvre de Meï: origine-du-monde